TPL_C3RB_RGAA_EVITEMENT_CONTENT TPL_C3RB_RGAA_EVITEMENT_RECH TPL_C3RB_RGAA_EVITEMENT_MENU

Club du 24 et 25 novembre 2014 - Portail de la Bibliothèque des Pennes Mirabeau

Françoise

Karine Giebel : OPAC Recherche Simple

Dans un splendide décor de montagne Vincent, guide efficace et taciturne, est entouré d'hommes simples et rustiques que les courses en montagne passionnent. Cependant depuis le départ de sa femme quelques années plus tôt il s'est transformé en séducteur impénitent. Servane jeune gendarmette nouvellement nommée dans cette bourgade fera sa connaissance et se liera peu à peu d'amitié avec lui. Lorsque les morts se succéderont l'un et l'autre n'auront d'autre choix que d'enquêter. L'auteur signe un excellent roman classique, intéressant dont le suspens est maintenu jusqu'au bout.

 

Jeanine

OPAC Recherche Simple

Dans ce roman nous voyageons à travers le temps et les continents de 1911 à 1954. Il retrace l'histoire vraie d'une femme qui commet un meurtre pour son amant en Malaisie en 1911 et qui sera graciée, car citoyenne britannique. A la suite de la mort suspecte de leur père et au fil de leur enquête ses filles découvrent que leur mère est un monstre d'égoïsme et de cruauté au passé trouble. Bien des mystères trouveront alors un dénouement effroyable. Un très bon roman dont le suspens demeure entier jusqu'à la fin.

 
Michèle

OPAC Recherche Simple
Dans ce roman Jean Contrucci nous entraîne sur les traces d'un enlèvement. Un bébé, fils d'un richissime armateur marseillais, est enlevé lors de la promenade quotidienne avec sa nounou. Celle-ci, suspecte aux yeux du commissaire principal Eugène Baruteau, est farouchement défendue par ses employeurs. Raoul Signoret journaliste et neveu du commissaire, intrigué par le comportement du père de l'enfant se lance dans une enquête sur les agissements et le passé de cet homme, un parvenu grossier et bouffi d'orgueil. Raoul sollicitera son oncle à plusieurs reprises pour obtenir certains renseignements susceptibles dit-il, de compléter ses propres recherches, ce qui donne lieu à des colères mémorables et des dialogues explosifs au vocabulaire savoureux. La gastronomie est toujours présente notamment au cours de repas familiaux aux menus alléchants. Le style est alerte et gai, l'intrigue bien menée maintient le suspens jusqu'à la fin: un vrai plaisir de lecture d'autant que cet enlèvement trouve sa solution sur notre commune!

 

Adrien Tomas : Notre-Dame des loups

OPAC Recherche Simple

En 1868, une troupe de Veneurs, c'est à dire des chasseurs de loups-garous sans foi ni loi, aux munitions forgées d'argent, l'âme froide comme l'acier parcourent les immensités de l'Ouest sauvage américain. Ils ont renoncé à tout pour se consacrer totalement à cette chasse: décimer les meutes, protéger les colons et surtout pourchasser et tuer celle par qui tout est arrivé la légendaire Notre- Dame des loups. Le récit est rapide, le style sec et sans fioriture est d'une redoutable efficacité happant le lecteur et ne lâchant plus jusqu'à une fin inattendue et surprenante.

 
Annie

OPAC Recherche Simple
L'auteur va se passionner pour la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt six ans dans les camps de la mort en 1943. Il va en faire un portrait saisissant ... L'histoire est divisée en huit parties avec des chapitres courts mêlant l'histoire de Charlotte et le travail de l'auteur menant son enquête. A lire.

 
Irène

Charlotte Valandrey : L'amour dans le sang

Dans ce livre l'actrice raconte sa séropositivité et sa greffe du cœur. Elle livre ses doutes et ses espoirs, ses combats contre la maladie, la peur et la rééducation mais également les tournages, le théâtre, ses rencontres amoureuses. C'est un livre émouvant et plein de vie que j'ai lu avec intérêt.

 
Lucie

OPAC Recherche Simple
Ce recueil de réflexions est écrit par quatre personnes de formations et d'horizons très différents : un moine bouddhiste, un psychiatre, un agriculteur philosophe et un professeur de médecine. Ils font un constat simple: le mode de fonctionnement de notre société a atteint ses limites. Quels changements faut-il y apporter ? En avons-nous le pouvoir ? La première démarche consiste à développer son propre bien-être pour atteindre un harmonie qui va rejaillir sur les autres. Pour cela il faut avoir la pleine conscience de ce que l'on est, de ses agissements et de sa place dans la société. Bien d'autres propositions reposant toutes sur des expériences personnelles sont abordées au fil des pages enclenchant une véritable réflexion sur de multiples sujets. Un livre intéressant et constructif que je relirai régulièrement.

 

OPAC Recherche Simple

Ornithologue passionnée l'auteur consacre sa vie à observer, compter, cataloguer, photographier les oiseaux migrateurs du Grand lac salé. La montée des eaux menacent en effet le Refuge et les oiseaux en seront les premières victimes. Dans sa vie privée elle doit faire face à la maladie de sa mère. Celle-ci est atteinte d'un cancer à la suite d'expositions fortuites pendant les essais nucléaires dans le Nevada de très longues années auparavant. Le roman mélange de manière harmonieuse la vie quotidienne d'une famille et la description de la vie qui grouille sur le lac. Tandis-que la maladie s'empare petit à petit de la mère de l'auteur, les eaux du lac montent inexorablement créant un effet d'étouffement faisant monter la pression et obligeant Terry à faire face aux questions les plus difficiles de son existence. Ce livre est lumineux, joyeux, on y respire les grands espaces et la beauté de la vie animale. Il est une formidable déclaration d'amour à la vie, à la nature, au Grand lac salé, ainsi qu'un redoutable plaidoyer contre le nucléaire et un hommage rendu par l'auteur à sa mère et à toutes les femmes de sa famille.
Vous l'avez compris ce livre est mon coup de cœur de l'année.

 
Sylviane

OPAC Recherche Simple
C'est d'abord le titre qui m'a attiré vers ce roman. Optimiste, il ne peut qu'être bien m'étais-je dit. Il pourrait s'intituler « plein le dos ». En effet il débute lorsque le narrateur, au cours d'un repas de famille, ressent tout à coup une très forte douleur dans le dos qui l'oblige à s'aliter. Dès cet instant sa vie sera rythmée par l'intensité de la douleur proportionnelle aux événements qui vont désormais scander son quotidien. Chômage, divorce, la douleur est au plus haut, rencontres, embellie, avenir joyeux, la douleur s'atténue, s'estompe. Ce livre est jubilatoire, un vrai régal.

 

Delphine Coulin : Voir du pays

Deux-jeunes filles désœuvrées décident de tenter l'aventure de l'engagement dans l'armée. Elles seront très vite envoyées en Afghanistan. A leur retour elles vont passer par un «sas de décompression», en l'occurrence un hôtel cinq étoiles à Chypre. Là elles apprendront à reprendre pied dans la vie civile, oublier la peur et les réflexes de survie, ne plus scruter les silhouettes dans la rue, observer avec terreur les comportements d'autrui....
L'auteur réussit à rendre compte de la réalité de la guerre et des angoisses innommables qui lui font cortège. Elle aborde également les raisons mystérieuses qui poussent les femmes à faire la guerre.
Ce livre est rempli de terreur et de tensions, d'horreur et d'espoir, de volonté farouche de s'en sortir et d'oublier, de reprendre le cours d'une vie qui ne sera plus jamais la même. Ce livre au style sec et sans fioriture est très dur et prenant tout à la fois.

 

Philippe Forrest : Le siècle des nuages

L'auteur nous raconte l'histoire de son père pilote de ligne qui est intimement liée à l'histoire de l'aviation au XX° siècle. La vie de pilote du père, dont l'évolution de carrière est parallèle à celle de l'aviation, lui sert de repère pour en retracer les grandes étapes au cours du siècle passé. Il évoque ainsi les débuts de l'aviation avec les premiers vols des frères Wright, la grande guerre, celle de 39-45 et ses pilotes héroïques, le développement de l'aviation civile dans les années qui suivront ... Chronique familiale et histoire se répondent, assorties des commentaires et questions de l'auteur sur chaque épisode marquant ce qui enrichit de manière intéressante le récit.

 
Gilbert

Mathieu Blanchin, Christian Perrissin : Martha Jane Cannary

Parmi toutes les stars de l'ouest américain, il est un personnage qui a marqué l'imaginaire des foules d'une manière beaucoup plus forte que les autres: Martha Jane Cannary, plus connue sous le nom de Calamity Jane. Si on connaît bien le personnage, notamment en BD franco-belge avec cette femme atypique que décrit Morris dans l'album de Lucky Luke du même nom, sa véritable histoire reste assez mystérieuse. C'est ce que nous proposent de découvrir les auteurs de cette œuvre tripartite.

Les auteurs se sont basés sur diverses sources dont les lettres que Martha Jane aurait écrites à sa fille Janey ainsi que quelques biographies. Quand on connaît un peu le personnage de Calamity Jane et son côté affabulateur, on peut se poser quelques questions quant à la véracité du récit. Comment démêler l'écheveau créé par l'histoire et la légende? Dans «L'homme qui tua Liberty Valence», John Ford introduit cette phrase culte: « Quand la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende !» C'est un peu la démarche adoptée dans ce récit, sans oublier, toutefois, la volonté permanente de réalisme ainsi que le but pédagogique des auteurs qui sont convaincus qu'il fallait apporter un éclairage neuf sur l'histoire de cette femme pas trop comme les autres.
Tour à tour adolescente, jeune femme puis femme mure, Martha Jane décidera de ne pas suivre un chemin tout tracé mais de faire ce que son cœur lui dicte. Elle se trouvera donc tantôt avec Custer sur les rives de la Little Big Horn ou au cœur de la ruée vers l'or sur le site mythique de Deadwood où elle croisera l'amour de sa vie: Wild Bill Hickock. Parfois «véritable femme» comme on ne l'imagine guère, mais souvent vêtue (déguisée?) en homme, elle se promène au milieu de cette population mâle qui se veut à la fois machiste, puritaine, rude et parfois rustre mais souvent compréhensive voire attendrie une fois que le personnage a réussi à trouver sa place dans cette foule bigarrée. Nous n'assistons pas encore au début d'un quelconque féminisme ni à un combat pour l'égalité des sexes, mais cette aventure quasi solitaire révèle une véritable passion pour la liberté. Et quel est le pays qui est sensé être l'essence même de la liberté si ce n'est les Etats-Unis, et particulièrement l'ouest de cette époque-là ?
Mais cette liberté a un prix. Et même si l'héroïne nous y apparaît parfois de manière attendrissante ou touchante au point d'arriver à nous tirer quelques larmes, on passe souvent par des images de violence, de sang, de sueur, de pleurs et de poussière qui sont, somme toute, des classiques du genre.

Le regard n'est pourtant pas larmoyant. On parle ici de la vie, d'aventure et, une fois de plus de liberté. La vie de cette femme fut définitivement une ode à la liberté et elle était prête à en payer le prix fort pour réaliser son rêve: mener sa vie comme elle l'entendait.